Après avoir admiré les 'uvres de Norbert Daems, exposées en mairie, les Briarrois ont poursuivi la journée de samedi dernier par un concert. Le terrain du lavoir, longé par l'Essonne, avait été équipé de rotondes, afin de protéger d'éventuelles gouttes d'eau.

Classiques

En fait, la protection la plus efficace a certainement été la citronnelle, pour éloigner les moustiques. Des intrus qui n'ont pas, heureusement, perturbé les spectateurs, venus nombreux écouter le groupe Les troubadours de Sury.

Jacques (à la basse), Francis (guitare solo), Michel (batterie), Paulo (guitare d'accompagnement), Michel (chant), ont partagé leur goût pour les chanteurs dits « à texte » – comme Brassens, Brel, Ferrat, Aznavour, Ferré, Montand, Gainsbourg – tout en élargissant leur répertoire à des artistes plus jeunes – Lama, Perret, Delpech, Dutronc, Leforestier, Bénabar.

Les chants, faisant partie de la mémoire populaire, ont été repris par le public. Pour autant, les artistes n'ont pas choisi la facilité en interprétant, après la célèbre chanson La Montagne de Ferrat, le poème Les feux de Parisde Louis Aragon, qui énumère les changements faisant passer cette ville dans l'ère moderne, en la personnifiant sous la forme d'une femme… Une chanson à re-découvrir !

2137203